L’arrosage des Jeans dans Tălmăcel, tradition unique en Roumanie

« Udatul Ionilor » («L’arrosage des Jeans ») est une coutume préservé dès ancêtres et célébrée chaque année en Tălmăcel.

Sur la Fête de Saint-Jean-Baptiste, dès l’aube, le village entier est plein de joie. Après le service religieux, la procession commence son voyage vers la rivière, procession composée par de jeunes hommes portant des drapeaux, à cheval, des enfants portant des costumes traditionnelles et des chars allégoriques tirés par des bœufs décorés avec des tissus et des perles et plus loin, des ânes amenant un vieil homme et une vieille femme faites de paille.

En arrivant à la rivière, les jeunes crient des paroles traditionnelles, mouillant, un par un, tous ceux qui portent le nom de « Jean ». Et pour oublier le froid, les Jeans humides sont récompensés avec des gâteaux, du vin et du cognac. La célébration ensuite poursuit dans les rues étroites du village avec des chansons et des danses spécifiques à l’endroit. « Udatul Ionilor » est devenu une célébration spectaculaire qui transmet un peu de la joie et de l’émotion du village.

On dit que l’eau froide de l’endroit où la cérémonie a lieu ne gèle jamais, bien que l’hiver soit dur ou le neige soit lourde. Documents anciens mentionnent que le désir d’inclure la procession de chevaux et les charrettes décorées avec de branches de sapin et de rubans colorés appartenaient aux villageois partis dans l’armée de l’empereur à Vienne. Ils disent aussi qu’avant de 1906 (l’année de la première documentation de la fête), sur le terrain où la maison no. 287 se trouve, il y avait un petit pub que les villageois appelaient « Le garde-manger ». Les hommes étaient réunis ici, sur la Fête de Saint-Jean-Baptiste, pour rendre hommage aux Jeans.

L’importance d’une vieille coutume

Dans Tălmăcel, village avec 1270 habitants, environ 200 personnes s’appellent Jean et ses dérivés. La plus ancienne a 86 ans et le plus jeune Jean seulement 5 mois. Cette coutume, « Udatul Ionilor », est toujours scrupuleusement respectée à Tălmăcel, depuis plus de 100 ans. « Ici, le 6 Décembre, les groupes de jeunes hommes se réunissent pour faire des répétitions. Le 7 Janvier cet événement, « L’arrosage des Jeans » a lieu, événement qui dure depuis plus de 100 ans. Le sens est lié un peu à l’Epiphanie ; nous savons que les eaux sont sanctifiées pendant l’Epiphanie. L’apparition des chevaux date de l’Empire austro-hongrois : en Décembre 1918, des villageois de Tălmăcel ont assisté à l’Union en Alba Iulia. Ils se sont retournés à Tălmaciu par train et ils ont été attendus avec des chevaux. Parce qu’ils n’ont pu pas célébrer (car il était l’Avent), ils ont reporté l’événement jusqu’au 7 Janvier et ils l’ont couplé avec « L’arrosage des Jeans ». » Dit Constantin Barbu, maire de la ville de Tălmaciu. Il se rappelle d’un souvenir d’enfance, quand il a été envoyé à laver dans l’eau glacée pour purifier. « Je me rappelle que pendant l’Epiphanie, mes parents m’envoyaient à la rivière, nu, avec rien sur moi, seulement avec une feuille, et je devais me laver pour me purifier. La purification par d’eau est un élément de notre vie spirituelle », ajoute le maire.

En lire plus: adev.ro/mz1m4jhttp://www.lumeasatului.rowww.revista-satul.ro